Comment savoir si mon lait est assez riche ?

Beautiful smiling cute baby

Le Pr Chantal Maurage, Pédiatre à Tours, nous explique comment savoir si notre lait maternel est assez riche pour notre bébé.

Il n’y a pas de lait de mauvaise qualité, tout au plus une quantité insuffisante et ce généralement de façon transitoire. Il faut d’abord interroger la maman sur les raisons qu’elle a d’en douter : « Est-ce que l’enfant pleure souvent ? », « Présente-t-il un sommeil difficile ? », « Ses selles sont-elles rares ? », « A-t-il un poids insuffisant, en comparaison de l’enfant d’une amie, nourri au biberon par exemple ? » ou « Avez-vous l’impression de ne pas sentir de tension dans vos seins avant les tétées ? »

Situation 1

L’enfant grossit mal, se tortille, pleure, se réveille, et rien ne semble le calmer. Il a des selles assez explosives et aqueuses et ne semble pas rassasié. Il réclame souvent et sa maman ayant peur qu’il ne boive pas assez le met aux deux seins en le laissant à peine assez au premier.

Il s’agit de sous-nutrition par tétées trop courtes. Un seul sein suffit à couvrir les besoins d’un enfant ! Le début de la tétée est aqueux (eau et lactose) d’où les coliques et urines abondantes. En prolongeant la tétée, le lait devient plus riche en lipides, ce qui va rassasier le bébé et lui permettre de grossir.

Situation 2

L’enfant a très peu de selles, pleure ou dort trop. Les tétées sont espacées.

On peut penser à un déficit de lait qui justifie, durant 36 à 72 h maximum, de rapprocher les tétées pour relancer la sécrétion de prolactine.

Situation 3

La prise de poids est régulière et l’enfant grandit bien.

Tout va bien. Il faut savoir qu’un enfant au sein perd plus de poids après la naissance et grossit moins vite qu’un bébé au lait artificiel (qui en réalité grossit trop vite). Expliquer à la maman que parfois les selles sont plus rares à partir de la troisième semaine (ce qui traduit une parfaite assimilation du lait), et que le volume d’urine témoigne des quantités de lait reçues. Expliquez aux mamans inquiètes que tirer le lait pour l’analyser n’est pas utile car on risque de n’avoir que la superficie de la tétée donc manquer la partie crémeuse de la tétée. Par ailleurs, le tire-lait ne stimule jamais aussi bien la production de prolactine que le contact de la bouche du bébé et du sein. Enfin, peser le bébé avant et après est contraignant et pas très fiable.

À retenir

• Le lait d’une mère est toujours nourrissant.
• La réponse est dans la croissance en taille et poids sur plusieurs jours plus que dans le comportement du nourrisson ou la sensation de sein tendu.

Pour en savoir plus
www.allaitement-maternel.eu
www.inpes.sante.fr/30000/pdf/0910_allaitement/Guide_allaitement_web.pdf
www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/Allaitement_recos.pdf

Pr Chantal Maurage

 

Anne-So 1001pharma

Anne-So 1001pharma

Anne-Sophie est Directrice Artistique et Community Manager de 1001pharma, elle s'occupe donc d'animer la communauté et de la partie graphique. Véritable beauty addict, elle passe ses journées à lire les blogs beauté une tasse de thé à la main !