Au secours, mon enfant ne mange rien !

0010384481X-1920x1280

Le Chantal Maurage, Pédiatre à Tours, revient sur le b-a-ba de l’alimentation chez l’enfant. 

Quand une maman est soucieuse parce que son enfant ne mange rien, il est indispensable de recueillir quelques informations sur ce qu’elle appelle « ne pas manger ». Souvent il mange mieux en dehors du domicile ou bien il ne mange que ce qu’il aime, par exemple des pommes de terre ou des pâtes et refuse les fruits et les légumes. Mais surtout il faut savoir comment il se comporte dans la journée, c’est-à-dire quelles sont ses activités, est-ce qu’il grignote…

Surveiller sa courbe de croissance

0003400617RR-1280x1920

Un enfant peut très bien, surtout pendant la période de découverte entre 12 mois et 4 ans, ne manger que certains aliments de façon monotone puis en changer. Les réserves de l’organisme assurent la couverture des autres nutriments et ce d’autant plus qu’en général, si un enfant refuse 7 ou 8 repas, on oublie les 2 ou 3 autres fois où il a mangé des aliments variés ! La certitude qu’il va bien est apportée par son examen complet mais surtout par la lecture de la courbe de croissance en taille.  Rappelons qu’un enfant est en général dodu la première année mais doit être mince entre 4 et 7 ans.

Ne pas être mince à cet âge signifie un rebond précoce et donc risque d’obésité ultérieure. Cela convient d’être rappelé dans une époque où le surpoids devient une « norme » et concerne 20 à 25 % des enfants. Enfin, jusqu’à 2 ans à peine, les enfants aiment goûter ce que leurs parents leur présentent, mais rentrent ensuite dans une période d’opposition à laquelle s’ajoute la néophobie alimentaire. Celle-ci est normale jusqu’à 7 ou 8 ans, mais peut conduire à un blocage si l’on insiste trop. La relation autour du repas doit rester détendue et « indifférente » au refus pour ne pas tomber dans la valse des aliments et/ou le choix direct dans le réfrigérateur de l’enfant capricieux. Il est aussi nécessaire d’expliquer aux parents la nécessité d’éviter le grignotage, vécu comme « ce sera toujours ça de mangé… ! », alors que cela pérennise le cercle vicieux coupe-faim/repas refusé …

Ainsi, revenir à des repas structurés, équilibrés, à des horaires réguliers, sans insister, donc sans forcer à finir, et proposer de faire un point tous les 3 mois, aidera la famille à passer ces moments angoissants et tendus. •

À retenir

• L’enfant qui va bien couvre ses besoins nutritionnels et ne se laisse pas dépérir, même si c’est de façon désordonnée.

• On a beaucoup plus tendance à s’inquiéter pour un enfant mince ou ayant été malade qui refuse de manger, que pour un enfant rondouillard. Ce qui explique le nombre important d’enfants proches de moins 2DS en poids/taille vus en consultation.

• Un enfant qui « ne mange rien » doit être mesuré. Une courbe de croissance en taille régulière  permet de rassurer son entourage pour éviter de créer une situation de blocage autour du repas.

Nutriben

Nutriben

Nutribén est le spécialise de l'alimentation infantile. Nous nous sommes entourés de pédiatres pour répondre aux questions les plus fréquentes qu'une maman (ou un papa) peut se poser lorsque bébé arrive !